vendredi 23 décembre 2011

Joyeux Noël et bonne année!

Bonjour à tous et à toutes, nous vous souhaitons un joyeux temps des fêtes et une bonne année 2012!
Le prochain « posts » sera en janvier 2012.


vendredi 9 décembre 2011

Obésité = médicaments ou médicaments = obésité ?

En 2011, alors que la médecine fait d’innombrable progrès, le nombre de personnes qui ne consomme aucun médicament peut quant à lui pratiquement se compter sur les doigts d’une seule main et ce, surtout chez les personnes âgées. En effet, le pourcentage de gens âgés de 18-44 ans, 45-64 ans et de plus de 65 ans rapportant avoir consommé un ou plusieurs médicaments dans le dernier mois est de 37.8%, 64.8% et 90.1%, en 2008. Les chiffres sont alarmants mais l’augmentation l’est tout autant, car en 1988 ces pourcentages se situaient à 31,3%, 54,8% et 73,6% respectivement (REF) avec un plus grand pourcentage chez les femmes.

Cette consommation accrue de médicaments peut s’expliquer par plusieurs facteurs dont l’augmentation de l’espérance de vie, mais aussi par l’adoption de mauvaises habitudes de vie causant l’augmentation évidente des maladies chroniques telles que l’obésité. Une question qui est souvent posée au sujet des médicaments est celle-ci :

Est-ce que l’obésité augmente le besoin en médicaments ou est-ce que les médicaments augmentent la prévalence de l’obésité? En d’autres mots, est-ce que l’augmentation de la prévalence de l’obésité pourrait s’expliquer, en partie, par les progrès du domaine de la pharmacologie?

L’obésité est associée à de nombreux problèmes de santé qui se traitent avec des médicaments ou un changement des habitudes de vie.  Malheureusement, le résultat est normalement plus rapide avec le médicament comme par exemple pour les troubles dépressifs (REF). C’est plus facile, mais en contrepartie, il y a des effets secondaires tels que le gain pondéral. Les classes de médicaments les plus associées à un gain pondéral sont celles prescrites pour le traitement de maladies psychiatriques, neurologiques ou le traitement du diabète, comme rapporté par une excellente revue de la littérature effectuée par Margaret Malone (REF). Les résultats démontrent qu’il existe une différence interindividuelle importante dans la magnitude de prise de poids, suite au début de la prise d’un médicament. Par exemple, la prise d’un médicament antipsychotique, le clozapine, provoquerait une prise de poids moyenne de 2.4 kg, mais le changement de poids des utilisateurs serait de -17.5 kg à + 12.9 kg (REF).  Le mécanisme par lequel ces médicaments induisent une prise de poids chez certains individus serait dû à l’augmentation de l’appétit en altérant le fonctionnement de la leptine, ce qui nous indique normalement que nous sommes rassasiés. Dans le cas du diabète, il a été démontré que le gain de poids associé à la prise de rosigiatzone et de pioglitazone est de 3 à 4.6 kg. Cette prise de poids est importante, car les diabétiques sont normalement obèses, avant même le début du traitement (REF). La bonne nouvelle c’est que les différents médicaments ayant une prise de poids comme effets secondaires sont constamment à l’étude et remplacés par d’autres, car la prise de poids suite à un diagnostic de dépression ou de diabète ne fait qu’empirer la situation !

Il serait possible d’écrire davantage sur le sujet, mais dans le cadre de notre blog, les informations données précédemment sont suffisantes pour démontrer que l’obésité n’est pas causée par les médicaments, mais que certains médicaments peuvent provoquer un gain de poids. Il existe deux solutions pour éviter le gain de poids associé aux effets secondaires de certains médicaments. La première est d’adopter de bonnes habitudes de vie, qui auront comme conséquence de diminuer les conditions chroniques pour lesquelles une personne doit prendre un ou plusieurs médicaments. La deuxième solution est d’explorer différents médicaments à l’intérieur d’une même classe afin d’identifier le médicament procurant le meilleur résultat et ce, sans provoquer la prise de poids. 



vendredi 25 novembre 2011

La guerre contre les boissons gazeuses est loin d’être terminée !

Depuis quelques années, les boissons gazeuses sont la cible de plusieurs tentatives visant la diminution de l’apport énergétique total et de la consommation de breuvage de qualité (lait, eau, jus 100%). Le lien entre la consommation de boissons gazeuses, l’obésité et le diabète de type 2 est souvent mentionné, mais la consommation de boissons gazeuses affecte d’autres paramètres tels que la densité minérale osseuse. Une étude a démontré une densité minérale osseuse 5% inférieure chez les femmes qui boivent une boisson gazeuse (de type cola) ou plus par jour comparativement à celles consommant moins d'une boisson gazeuse (de type cola) par mois (REF). Cette tendance n’était pas observée chez les hommes et était observée indépendamment si la boisson gazeuse était sans sucre ou non. Ces résultats sont très importants puisque la diminution de densité minérale osseuse et ce, principalement au niveau de la tête du fémur, est l’un des facteurs déterminant du risque de fractures chez les personnes âgées mais aussi chez les jeunes. En effet, chez les jeunes filles, la consommation de boisson gazeuse est associée à un risque de fracture de plus de 3 fois (REF) en comparaison aux jeunes filles qui ne boivent pas de boissons gazeuses.  Donc, la diminution de la consommation de boissons gazeuses pour favoriser un maintien de la densité osseuse est primordiale.

Une des solutions pour limiter la consommation de boissons gazeuses a été d’éliminer la vente de ces produits dans certaines écoles. Cependant, une récente étude effectuée dans 40 états américains montre que l’élimination des boissons gazeuses dans les écoles secondaires n’a pas eu l’effet escompté (REF). Au total, 6 900 élèves de cinquième année ont été interrogés au printemps de l’année 2004 et de nouveau en 2007 alors qu’ils étaient en huitième année. Les résultats démontrent que la proportion d’enfants de huitième année déclarant avoir consommé des boissons sucrées est similaire dans les écoles ayant banni la vente de boissons sucrées (29 %) versus celles où la vente est encore présente (26 %). Globalement, peu importe si l’école avait banni ou non la vente de boissons sucrées, 85 % des élèves rapportent avoir consommé une boisson sucrée dans les 7 derniers jours. Des analyses complémentaires ont indiqué que la consommation globale de boissons sucrées avait seulement une modeste association avec l’accès dans les écoles. L’auteur de l’article conclu que « l'école est seulement un aspect de l'environnement d'un enfant et les jeunes se sont révélés très habiles à compenser pour les changements apportés à leur environnement ». Néanmoins, on peut penser que ces résultats pourraient être différents, selon le groupe d’âge. En effet, une étude californienne (REF) démontre une consommation journalière de boissons sucrées moins élevée chez les adolescents fréquentant des écoles où les machines distributrices ont été prohibées. Ces résultats contradictoires sont les preuves qu’il est difficile de forcer un changement dans les habitudes de consommation des enfants et des adolescents. D’ailleurs, une récente étude soutient qu’il est très difficile d’augmenter le niveau d’activité chez les enfants à cause de leur compensation naturelle. En d’autres mots, si nous forçons les enfants à faire de l’activité physique, par exemple à l’école, ils compenseront naturellement en réduisant leur niveau d’activité physique à la maison (REF)

En guise de conclusion, il est important de bannir ou de diminuer l’accès aux boissons gazeuses, principalement dans les écoles puisqu’elles ont un impact sur la santé qui va bien au-delà du diabète de type 2 ou de l’obésité. Toutefois, il est important de viser une catégorie de jeunes qui répondra positivement à cette initiative. Malheureusement, les données sur ce genre de programme démontrent des discordances qui rendent difficile la mise en place avec succès de ces politiques.

N'hésitez pas à donner vos commentaires suite à nos posts !


vendredi 11 novembre 2011

Bras de fer entre l’activité physique et les gènes!


Une étude publiée la semaine passée fait couler beaucoup d’encre. L'association entre la génétique et le risque d'obésité serait atténuée de 27% chez les adultes physiquement actifs (REF). Cette étude souligne donc l'importance de l’activité physique non seulement pour augmenter la dépense énergétique, mais aussi pour diminuer le risque d’obésité chez ceux qui sont génétiquement prédisposés. Cette étude est importante, puisqu’il s’agit d’une méta-analyse regroupant plus de 218 166 adultes et 19 268 enfants. De plus, les auteurs de la méta-analyse ont choisi d’analyser toutes les études ayant mesuré le gène FTO. 


Depuis 2007, les chercheurs affirment que le gène FTO serait le gène le plus associé au risque d’être obèse (REF). L’association entre ce gène et la prise alimentaire expliquerait la prédisposition génétique qu’il procure. Par exemple, les individus possédant le gène FTO mangeraient davantage comparativement à ceux qui ne présentent pas ce gène (REF). Malgré l’importance des résultats de cette étude, il est important d’être prudent avec l’interprétation des résultats. En effet, une autre étude ayant analysé le profil génétique de près de 40 000 individus a démontré une grande variabilité au niveau des gènes entre les individus ayant un problème de poids et les individus de poids sain (REF).

Néanmoins, les résultats de cette nouvelle étude sont intéressants puisqu’ils suggèrent que la contribution de nos habitudes de vie permettrait même d’influencer notre prédisposition génétique! Entre d’autres mots, cette étude suggère qu’une personne qui possède le gène FTO et qui habite dans un environnement favorable à l’obésité est probablement plus à risque de devenir obèse si elle est inactive. Jusqu’à maintenant, l’activité physique a toujours été associée à l’obésité par son rôle dans la dépense énergétique et la composition corporelle. Cette nouvelle étude montre que la pratique d’activité physique pourrait être encore plus importante pour prévenir l’obésité. Ces résultats sont intéressants et sont logiques, car notre génome n’a pas changé significativement depuis les dernières décennies. Ces résultats démontrent donc qu’il existe des interactions entre notre génome et les habitudes de vie ouvrant ainsi la porte à de nouvelles recherches. 

Le slogan de « l’American College of Sports Medicine » stipule que l’exercice est un puissant médicament. En effet, dans une perspective de prévention, l’activité physique démontre encore une fois qu’elle peut être perçue comme un médicament en PERMETTANT MÊME de contrebalancer l’effet du génome.Malgré toutes les preuves scientifiques qui s’accumulent pour démontrer les bienfaits de l’exercice, c’est à se demander qu’est-ce qu’il faudra de plus pour que les gens deviennent actifs !

jeudi 27 octobre 2011

La poutine revient en force dans les arénas après 2 minutes au banc des pénalités!


Une nouvelle saison de hockey et de patinage artistique vient de commencer, tout comme le service de malbouffe dans la plupart des arénas du Québec.  En 2008, Lac Etchemins était la première municipalité du Québec à bannir la malbouffe de ses arénas. Cependant, elle sera également l’une des premières à y permettre son retour et ce, dès cet hiver. Les menus santés seront maintenus afin d’offrir un choix santé aux consommateurs plutôt que de l’exiger. Toutefois, les menus de malbouffe et les boissons gazeuses seront de retour!  Les propriétaires de casse-croûtes situés dans les arénas justifient leur geste par un chiffre d’affaires qui aurait diminué d’environ 30%, depuis 2008.  En effet, les propriétaires affirment que les gens se présentaient fréquemment avec de la malbouffe achetée dans un restaurant compétiteur. Le retour de la malbouffe démontre que le lien entre les gens qui fréquentent les arénas et la malbouffe est plus fort que prévu.  

Cette situation nous pousse à croire que la malbouffe est irrésistible et ancrée dans les actions que l’on prend.  Aller à l’aréna et manger une poutine, aller au cinéma et manger du maïs soufflé ou regarder un match de football avec des ailes de poulet; tous ces exemples démontrent que nos actions sont intimement associées à la malbouffe. La relation entre une action et un aliment fait référence à un système de récompense. Dans les faits, ce système vis-à-vis la malbouffe agit sur le cerveau de la même manière que certaines drogues comme l’héroïne.  Tel que démontré par une étude sur les dépendances, le système de récompense peut brimer les tentatives de limiter l’accès à un comportement malsain, puisque ce dernier procure un sentiment de réconfort (REF). Il est possible de croire que les gens auront besoin d’une longue période d’adaptation pour réduire leur consommation de malbouffe et ce, même lorsque cela doit être fait pour des raisons de santé. C’est pour cela qu’il ne faut surtout pas mettre fin à de telles initiatives. Il faut comprendre que certains individus mangent de la malbouffe à chaque jour et que d’autres en mangent à chaque repas. Donc, pour certaines personnes nous parlons de changement des habitudes de vie alors que pour d’autres, nous parlons davantage d’un sevrage.

Nous ne croyons pas aux théories conspiratrices. Toutefois, les compagnies étudient leurs produits et certaines d’entre elles utilisent la science afin de trouver la meilleure combinaison possible permettant d’assurer la fidélité de ses consommateurs. Un livre intéressant a été écrit sur le sujet (Référence pour le livre). Limiter l’accès à la malbouffe dans les arénas était une stratégie pour combattre la malbouffe, mais il ne faudra pas changer un microenvironnement si nous voulons la vaincre, il faudra changer le système !  Il est très difficile de se battre contre les entreprises multimilliardaires. Conséquemment, il faut changer la philosophie des gens pour renverser la demande pour de la nourriture santé.  Si les gens demandent de la nourriture santé, les compagnies vont en offrir !

Honnêtement, c’est vraiment dommage qu’une si belle initiative soit renversée. La diminution des revenus n’est sûrement pas une surprise, mais une certaine adaptation aurait pu être observée après une ou deux saisons. L’initiative était cependant bien orchestrée avec la publication d’un guide nutritif pour le hockeyeur (LIEN). Au lieu de baisser les bras pour des raisons monétaires, il aurait été intéressant que le gouvernement compense les pertes pour le maintien d’une telle initiative. Cela aurait permis d’aider ces entreprises et à compenser leurs pertes de revenus et donner davantage de temps aux gens de s’adapter aux changements tout en leur démontrant que les changements sont là pour y rester !

Même si l’on continue d’offrir des menus santé, il est illogique de croire que les gens vont faire ce choix. C’est d’autant plus déprimant d’entendre dire « c’est parce que les gens veulent se récompenser d’avoir passé du temps sur la glace qu’ils mangent une grosse poutine ». C’est cependant très contradictoire avec le virage santé que l’on préconise dans les écoles du Québec. Nous devrions nous lever et décider collectivement de devenir la première province où les citoyens mangent bien dans tous les milieux publics où nous pouvons exercer un certain contrôle (arénas, cafétéria, hôpital, etc.). 

Si nous sommes incapables de contrôler la nourriture qu’il y a dans un aréna, c’est certainement une mission impossible dans les restaurants! Pourquoi avoir donné une pénalité de deux minutes à la poutine quand nous avions l’occasion de la sortir de la partie pour extrême inconduite!

vendredi 14 octobre 2011

Obésité et infertilité : un traitement interdit ?

L’infertilité se définit par une absence de conception après une période d'essai supérieure à 1 an. En ce moment, 80 % des couples hétérosexuels arriveront à concevoir dans une période de 12 mois si les relations sexuelles sont régulières (2-3 X/sem) et sans moyens de contraception. Selon Statistiques Canada 8,5 % des couples canadiens en âge de procréer ont un problème de fertilité (REF). Ce problème toucherait légèrement plus les femmes que les hommes et les causes varient selon le sexe.  Par exemple, l’âge, la génétique et le surplus de poids contribuent à l’infertilité comme la prévalence du syndrome polykystique chez la femme (REF) ou la dysfonction érectile chez l’homme (REF). En effet, plusieurs études ont démontré un lien incontestable entre le surplus de poids et l’infertilité. Selon certains, un IMC entre 25 et 27 kg/m2 augmente le risque de 1,2 fois d’avoir un problème d’infertilité alors qu’un IMC supérieur à 27 kg/m2 multiplie le risque par 3 (REF).

En ce moment, certains médecins refusent de traiter des femmes infertiles qui présentent un IMC au-dessus de 35 kg/m2 (Ex. Ontario). L’argument principal étant que le risque de complications au cours de la grossesse est plus élevé chez une femme obèse comparativement à une femme de poids sain. Cet argument est critiqué puisque d'autres facteurs (l'âge, la génétique, la tension artérielle élevée, le diabète, les troubles de la thyroïde, etc.) sont également associés aux complications lors de la grossesse, et on ne limite pas l'accès aux traitements d'infertilité à cause de ces critères. De plus, certains médecins  refusent de traiter l’infertilité par in vitro chez les femmes obèses sous prétexte qu’elles ont un taux de succès inférieur aux femmes de poids sains (50% moins de succès). Ce fait est véridique, mais devons-nous refuser l’accès ou plutôt accepter les risques ?

Dans un autre ordre d’idées, il se peut que les médecins refusent l’accès aux traitements contre l’infertilité, car ils croient que les femmes obèses devraient perdre du poids avant d’entamer un traitement contre l’infertilité pour favoriser la conception de façon naturelle. Cet argument est logique puisqu’une modeste perte de poids d’environ 5 % permet une amélioration des paramètres de  fertilité comme le retour d’un cycle régulier chez une grande partie d’entre elles (REF). Ces faits poussent les autorités et le public en général à soupçonner une forme de discrimination! 

L’infertilité est considérée comme une maladie selon l’Organisation mondiale de la santé. Dès lors, tout individu souffrant d’une maladie quelconque devrait recevoir le traitement approprié! Le sujet est d’autant plus délicat au Québec depuis que l’état rembourse une partie des frais associés aux traitements d’infertilité.  Certaines personnes se plaignent que l’état ne devrait pas avoir à payer pour le traitement des individus obèses considérant qu’ils sont en partie responsables de leur problème. Le sujet a été soulevé par les médias le mois passé (REF). Dans ce cas, pourquoi traitons-nous les fumeurs, les cardiaques, les gens physiquement inactifs, etc.  
Bonne réflexion!


jeudi 29 septembre 2011

« Weight Watchers » meilleur que les médecins généralistes pour contrer l’obésité?


La semaine dernière alors que nous feuilletions l’actualité scientifique, un article a particulièrement capté notre attention. Une étude a comparé l’efficacité du programme de perte de poids « Weight Watchers » aux suivis proposés par les médecins généralistes. Les résultats sont très intéressants et vont probablement faire jaser!
 

Les auteurs ont étudié 772 individus en surpoids ou obèses qui ont été distribués aléatoirement dans deux groupes différents : 1) intervention de perte de poids « Weight Watchers »; 2) intervention de perte de poids supervisée par un médecin généraliste. Les individus du premier groupe devaient suivre le programme de perte de poids commercial de « Weight Watchers » alors que les individus du deuxième groupe devaient suivre le programme de perte de poids offert par leur médecin généraliste.

Les résultats de cette étude démontrent que 61% des individus du premier groupe (« Weigth Watchers ») ont adhéré pour une période de 12 mois comparativement à 54% des individus du deuxième groupe. De plus, les individus du premier groupe ont diminué davantage leur poids initial (5,06 kg vs. 2,25 kg). Par la suite, des analyses ont révélé que les individus qui adhèrent au programme « Weight Watchers » ont 3,5 fois plus de chances d’atteindre une perte de poids supérieure à 10% de leur poids initial comparativement aux individus qui effectuent une perte de poids supervisée par un médecin généraliste!

Pour le commun des mortels, ces résultats peuvent sembler surprenants, mais pour des gens oeuvrant dans le domaine de la recherche sur la perte de poids, ces résultats sont peu surprenants puisque comme nous l’avons déjà mentionné dans un autre post, les médecins généralistes avouent être peu outillés pour aider leurs patients à réaliser une perte de poids significative. De plus, des études antérieures ont démontré l’efficacité du programme de perte de poids « Weight Watchers » comparativement aux autres programmes de perte de poids. Brièvement, ce programme vise l’augmentation des connaissances quant à l’importance des calories comprises dans les aliments disponibles sur le marché. Pour ce faire, le programme utilise un système de points qui allège la tâche. Plusieurs raisons permettent d’expliquer l’efficacité de ce programme comparativement au soutien offert par un médecin généraliste. Notamment, notons le soutien social, un suivi régulier, des outils interactifs et enfin, la présentation de personnes qui ont réussi grâce au programme « Weight Watchers ». 

Les résultats de cette étude démontrent, une fois de plus, l’efficacité de ce programme. Néanmoins, soulignons que le financement de cette étude provient majoritairement de la compagnie « Weight Watchers », ce qui n’est pas négligeable. Par contre, il est important de mentionner que l’étude a été conduite par des chercheurs indépendants, ce qui n’enlève pas tous les conflits d’intérêts.

Ce que les résultats de cette étude nous disent c’est que la perte de poids est un traitement qui vise à contrer l’obésité, mais ce traitement n’est pas l’affaire d’un seul individu et de quelques conseils, mais plutôt une relation qui s’établit avec l’intervenant. Le programme « Weight Watchers », malgré ce que l’on peut en penser, inclut plusieurs sphères nécessaires au succès d’une perte de poids contrairement aux visites régulières avec un médecin généraliste. Par exemple, le fait d’être en groupe, d’avoir plusieurs suivis à intervalle régulier, d’obtenir du soutien, etc.

En guise de conclusion, malgré le succès de programme commerciaux, il faut se rappeler que l’objectif premier de ces programmes est financier et non la santé des gens.  Dès lors,  il est important de comprendre qu’une perte de poids doit être supervisée par DES professionnels de la santé pour rééquilibrer les médicaments par exemple suite à une perte de poids ou pour s’assurer que le programme optimise ne brime pas les autres aspects de la santé (ex. minéraux/nutriments).  Ainsi, le Collège des médecins doit prendre en considération ces résultats et s’assurer que leur formation intègre des notions et des pratiques spécialement conçue pour adresser les différentes stratégies pour optimiser les traitements contre l’obésité tout en développant des collaborations avec divers professionnels de la santé (nutritionniste, kinésiologue, psychologue).

Qu'en pensez-vous?

vendredi 16 septembre 2011

Perte de poids et maintien de la perte de poids = mêmes stratégies ?

La plupart des stratégies de perte de poids sont efficaces lorsque l’on suit à la lettre les recommandations émises. Par contre, ce qui est difficile c’est le maintien de la perte de poids. En effet, les MEILLEURES évidences scientifiques démontrent qu’environ 1 personne sur 5 en surplus de poids ou obèses sera capable de maintenir sa perte de poids (> 10%) sur plus d’une année (1). Dès lors, le taux de succès est catastrophique et vraiment peu encourageant pour les 34% d’hommes et les 48% de femmes qui tentent, présentement, de perdre du poids (2).

Si je vous demandais : Quelle est la meilleure stratégie pour perdre du poids? Vous me répondriez très certainement de bouger plus et de manger moins. Ce principe est la balance énergétique et met en évidence la première loi de la thermodynamique. C’est-à-dire que l’énergie ne se perd pas, mais qu’elle se transforme. Cette loi a été énoncée pour le domaine de la physique et non pour celui de la physiologie. Donc, la question que je vous pose est : Pouvons-nous réellement utiliser cette loi de physique pour résoudre un problème qui fait référence davantage à la physiologie (sans compter le côté psychologique, environnemental, hormonal, etc.)? Pour qu’une perte de poids soit satisfaisante et significative, il faut appliquer la loi de la thermodynamique en intégrant TOUS les facteurs confondants pour provoquer un déséquilibre énergétique. Cependant, une fois que le corps a changé physiologiquement, le maintien du poids devient ardu et la loi de la thermodynamique est difficilement applicable. Ceci nous amène à croire que les stratégies de perte de poids ou de maintien du poids ne sont probablement pas les mêmes.

Une étude publiée tout récemment a soulevé la question. 1165 adultes américains qui ont perdu > 30 lbs et qui ont maintenu cette perte de poids sur une période minimale de 12 mois furent étudiés. La question principale de recherche était d’investiguer les stratégies pour perdre du poids et celles pour maintenir le poids perdu? Les résultats sont surprenants (3)

Trente-six stratégies différentes ont été mentionnées, lors des groupes de discussion focalisés, pour plus de 10% de l’échantillon. Ensuite, un questionnaire a été rempli par chacun des participants pour identifier les stratégies utilisées pendant la phase de perte de poids et pendant la phase de maintien de cette perte. Seulement 8 stratégies sur 36 étaient identiques (voir tableau ci-dessous).



Phase de perte de poids
Phase de maintien du poids
Manger des fruits et légumes
Diminuer les portions de glucides
Diminuer les portions
Planifier l’épicerie à l’avance
Savoir lire les étiquettes nutritionnelles
Penser au progrès fait
Penser aux objectifs de perte de poids
Se peser régulièrement


Concernant les stratégies mentionnées, par les participants, exclusivement pour la phase de perte de poids, notons : 1) s’inscrire à un programme de perte de poids; 2) avoir de l’information sur la nutrition et l’exercice; 3) diminuer les aliments contenant du sucre raffiné; 4) diminuer la quantité de malbouffe à la maison; 5) manger des collations santé; 6) planifier ses repas à l’avance; 7) se permettre de petites quantités de malbouffe à l’occasion; 8) ne pas sauter de repas; 9) faire différents exercices physiques; 10) faire des exercices que j’aime; 11) penser comment je me sens mieux avec un poids inférieur; 12) penser à ne pas surconsommer lors de repas; 13) avoir un journal des activités physiques.

En ce qui concerne les stratégies mentionnées seulement pour la phase de maintien de la perte de poids : 1) faire de l’activité physique régulièrement; 2) se récompenser pour bonne conduite alimentaire; 3) manger des protéines faibles en gras; 4) se rappeler pourquoi je dois contrôler mon poids. 

Cette étude démontre que lorsque quelqu’un décide de perdre du poids, il veut combiner toutes les stratégies existantes afin d’avoir du succès. Cependant, il semble que trop c’est comme pas assez! En effet, les gens qui ont du succès semblent dire que certaines stratégies sont nécessaires pendant la phase de perte de poids et que d’autres peuvent s’ajouter ou se soustraire pendant la phase de maintien. Néanmoins, il semblerait que les stratégies doivent être plus nombreuses pendant la phase de perte de poids.

Quand on y pense bien, c’est logique. Nous pouvons faire le lien avec l’entrainement en musculation. C’est-à-dire, qu’après un certain temps, il est important de changer le stimulus qu’on inflige à nos muscles afin d’optimiser les résultats. Dans le domaine sportif, nous appelons cela le principe de surcharge. Lorsque l’on est en phase de maintien de la perte de poids, le corps tend à s’adapter à sa nouvelle physiologie. Conséquemment, un changement des stratégies utilisées est nécessaire pour optimiser le succès. 

En conclusion, cette étude soulève la réflexion quant aux différentes façons de modifier nos habitudes de vie et ce, selon l’objectif visé (perdre ou maintenir une perte de poids). Ainsi, il serait intéressant d’étudier ces différentes stratégies de perte de poids et de maintien comparativement à une stratégie classique qui combine toutes ces stratégies à la fois et ce, peu importe la phase où est rendue la personne.    


mercredi 31 août 2011

Est-ce qu’un traitement de PERTE DE POIDS est souhaitable pour tous les OBÈSES?

Lorsque l’on pense à un traitement pour contrer l’obésité, la première chose qui nous vient en tête est la PERTE DE POIDS!  Cependant, lorsque l’on compare des gens obèses avec des gens de poids sains, les obèses n’ont pas toujours plus de problème de santé ou plus de risque de mourir rapidement que les autres! Vous connaissez certainement quelqu’un dans votre entourage qui a un surplus de poids, sans toutefois avoir un problème de santé diagnostiqué tel que l’hypertension artérielle, le diabète de type 2 ou un problème de cholestérol.  En effet, de plus en plus de preuves scientifiques démontrent l’absence de désordres métaboliques chez une catégorie d’individu s obèses, soit les obèses métaboliquement sains (REF).
 
En 2009, un groupe de chercheurs, basé à Edmonton, a développé un système de classification intitulé l’Edmonton Obesity Staging Score (EOSS).  Cette classification amène les cliniciens à se poser la question suivante : « Est-ce qu’une perte de poids serait réellement bénéfique pour mon client ? ».  L’objectif principal de cette classification est de faire de meilleures recommandations quant à la perte de poids, chez les patients obèses. Cette classification comprend 5 stades et s’adresse aux individus ayant un IMC ≥ 30. Voici brièvement l’EOSS.

STADES
Brève description

Recommandations
0
Aucun problème de santé métabolique, psychologique ou fonctionnel.
Amélioration des habitudes de vie
Maintien du poids
1
Problème de santé métabolique près des limites de la condition ex. : résistance à l’insuline, tension artérielle >130/85, douleur ou fatigue occasionnelle, articulations fragiles, etc.
Amélioration des habitudes de vie
Maintien du poids
2
Diagnostic de problème métabolique ex. : hypertension, diabète de type 2, dépression, atteintes dans les activités de la vie quotidienne, maux de dos, goutte, etc.
Amélioration des habitudes de vie
Perte de poids
3
Organes atteints sérieusement ex. : infarctus du myocarde, prise d’insuline, apnée du sommeil, ostéoarthrite majeure, etc.
Amélioration des habitudes de vie
Perte de poids
4
Risque de mort lié aux complications associées à l’obésité.
Amélioration des habitudes de vie
Perte de poids
REF : Sharma & Kushner 2009

Dans un premier temps, l’EOSS suggère que la perte de poids n’est pas nécessaire pour tous les obèses. En effet, les gens classés aux stades 0 et 1 et n’ayant aucun problème de santé associé à l’obésité ne devraient pas recevoir de recommandation visant la perte de poids. Les recommandations émises devraient plutôt viser l’amélioration de leurs habitudes de vie afin de prévenir un gain de poids supplémentaire. C’est lorsque les problèmes métaboliques font leur apparition (stades 2-4) que la perte de poids devient une priorité pour les personnes obèses.

Considérant que d’autres indicateurs cliniques tels que l’indice de masse corporelle (IMC) et la circonférence de taille ont fait leur preuve en terme de prédiction de la mortalité, en quoi l’EOSS améliore-t-il nos connaissances? Deux études évaluant l’utilité de l’EOSS ont récemment été publiées. L’une de ces études compare les différentes catégories d’IMC aux différents stades de l’EOSS ainsi que leur capacité respective à identifier les individus à risque de mortalité, toutes causes confondues (REF). Les résultats de cette étude sont clairs. La capacité de l’EOSS à prédire le risque de mortalité est extrêmement évidente tandis que la capacité de l’IMC (utilisé seul) à prédire la mortalité est douteuse.  Bref, ce que l’article nous apprend c’est que lorsque nous utilisons les différentes catégories de l’EOSS, nous prédisons mieux le risque de mortalité, chez les individus obèses, que lorsque nous utilisons leur IMC.

      La semaine dernière, une deuxième étude fut publiée. Elle investiguait 28 000 personnes, dont 6 000 obèses, sur une période de 16 années. L’objectif de cette étude était de vérifier si l’EOSS permettait de prédire le risque de mortalité du cancer ou d’une maladie coronarienne, soit les 2 maladies les plus meurtrières au Canada. Voici les principaux résultats:
            Les gens obèses stades 0 et 1
o  ont le même risque de mortalité (toutes causes confondues) que les gens de poids sains.
o ont un risque de mortalité d’une maladie coronarienne moindre que les gens de poids sains.
o  ont un risque de mortalité du cancer plus élevé que les gens de poids sains.
       La classification ne permet pas de prédire le risque de mortalité de d’autres diagnostics.
En se basant sur les résultats de ces études, nous pouvons conclure que l’EOSS est un meilleur prédicteur du risque de mortalité que l’IMC. De plus, les individus obèses sans problème de santé normalement liés à l’obésité, sont plus à risque de mourir d’un cancer et moins à risque de mourir de maladies coronariennes qu’une personne ayant un poids sain.

Finalement, même si certains obèses sont moins à risque de mortalité que les gens de poids sains, il n’en reste pas moins que d’adopter de saines habitudes de vie demeure l’intervention de choix pour tous. Ce que l’EOSS ajoute réellement à vos connaissances c’est que pour certains obèses (stades 2-4), le changement des habitudes de vie doit être plus sévère afin de s’assurer d’une perte de poids et ainsi diminuer les complications associées à l’obésité et augmenter l’espérance de vie.

vendredi 19 août 2011

Existe-t-il différents niveaux de syndrome métabolique ?


Nous avons déjà fait un post sur le syndrome métabolique (SMet) et l’hétérogénéité de cette condition. Vous pouvez y référer ICI. En résumé, le SMet se définit comme une combinaison de 3 facteurs de risque et plus, parmi les suivants : tour de taille élevé,  glycémie élevée, haut niveau de triglycérides, tension artérielle élevée et enfin, faible taux de cholestérol-HDL.

Plusieurs études ont démontré que les individus ayant un SMet sont plus à risque de maladies cardiovasculaires, de diabète de type 2 et d’autres conditions non-métaboliques. Néanmoins, ce risque diffère considérablement selon le nombre de facteurs présents (3, 4 ou 5) ainsi que le seuil utilisé pour déterminer la présence de chacun de ces facteurs. Les différentes combinaisons possibles de facteurs influencent aussi le risque (REF). Concrètement, cela veut dire que deux patients avec le SMet peuvent avoir un risque réel de présenter une maladie TRÈS différent. 

La définition du SMet implique cinq éléments, dont trois utilisent un seuil inférieur à celui de la condition individuelle (tension artérielle, triglycérides, glycémie à jeun). Par exemple, le seuil établi pour être diagnostiqué hypertendu est de 140/90mmHg, tandis que le seuil utilisé pour considérer la tension artérielle comme un critère du SMet est de 130/85 mmHg. Ceci démontre qu’avec une combinaison de trois facteurs ou plus,  le seuil considéré à risque est à la baisse. Dès lors, on peut s’avancer et dire que certaines personnes ont un SMet avec un profil métabolique relativement altéré (notre appellation : SMet modéré) alors que d’autres peuvent avoir un SMet avec un profil métabolique très détérioré (notre appellation : SMet sévère). 




Dans un article récemment soumis pour publication, notre groupe de recherche s’est intéressé au sujet.  Nous avons étudié s’il existait des différences entre ces deux groupes d’individus en utilisant une banque de données américaine qui incluait 3000 participants âgés entre 18 et 85 ans avec un SMet modéré ou un SMet sévère

Lorsque ces deux groupes d’individus sont comparés, plusieurs différences sont observées. Par exemple, le nombre de minutes d’activité physique par semaine auto-rapporté était respectivement de 71,3 minutes dans le groupe SMet modéré et de 45,1 minutes dans le groupe SMet sévère. La proportion d’individus qui rapportait faire de l’activité physique vigoureuse était de 20% vs. 10% et la proportion d’individus qui rapportait faire de la musculation était de 43% vs. 29% respectivement.

De plus, la santé cardio-vasculaire et la capacité physique des individus dans le groupe SMet sévère étaient nettement inférieures au groupe SMet modéré. Par exemple, chez les individus âgés de 50 ans et moins, le groupe SMet modéré avait un Vo2 max de 39 ml/kg/min vs. 32 ml/kg/min pour le groupe SMet sévère. Dans le même ordre d’idées, les individus du groupe SMet modéré présentaient une vitesse de marche supérieure aux individus du groupe SMet sévère.

Cette étude démontre qu’il existe des différences importantes en ce qui concerne le  niveau, l’intensité et le type d’activité physique entre les gens du groupe SMet modéré et les gens du groupe sévère. De plus, leur santé cardio-vasculaire et leur capacité physique sont aussi différentes; on remarque un avantage notable pour le groupe SMet modéré. Ainsi, nous nous permettons d’avancer l’hypothèse que les individus avec un SMet sévère pourraient bénéficier davantage d’une intervention visant l’augmentation de leur niveau d’activité physique et conséquemment diminuer le niveau de leurs facteurs de risque. Une étude clinique nous permettrait de répondre à la question.

En conclusion, il est important de ne pas considérer et traiter tous les patients avec un SMet de la même façon, car ils présentent différentes caractéristiques. Il risque de s’écouler plusieurs années avant l’apparition d’un système de classification (SMet modéré vs. SMet sévère) et différents traitements tenant compte du type de SMet. Par contre, d’ici ce temps, il est important d’être conscient de cette différence.


MERCI À CATHERINE LESTAGE POUR LA CORRECTION  DU TEXTE

vendredi 5 août 2011

Transition !


Bonjour à tous, nous sommes en transition et donc absents du bureau pour 2 semaines, le prochain post sera le 19 août. 

Danielle débute un poste de professeure à University of Manitoba et Martin part pour 4 mois à Bâton-Rouge en Louisiane (État-Unis) pour un stage de 4 mois au Pennington Biomedical Center.  

D’ici là nous vous invitons à vous inscrire à la première journée du Réseau Canadien sur l’Obésité (RCO) –Chapitre de Sherbrooke.  Cette journée aura lieu le 9 septembre 2011 au Musée de la nature et des sciences de Sherbrooke.  Elle s'adresse à tous les étudiants, jeunes professionnels de recherche ainsi qu'à tous les professeurs/chercheurs qui s'intéressent à la problématique.

Vous avez jusqu'au 31 août pour vous inscrire et c'est GRATUIT pour les 50 premières inscriptions, ensuite le coût sera de 15$ (payable le matin même de l'évènement). Pour information ou inscription: rco@usherbrooke.ca

Merci de votre participation au succès du blog.  Déjà plus de 5000 visiteurs !

À bientôt,
Martin et Danielle

jeudi 21 juillet 2011

La bioimpédance, un outil intéressant ou un «gadget» pour mesurer le pourcentage de masse grasse ?


On entend de plus en plus parler du pourcentage de masse grasse en plus du poids corporel lorsque les gens tentent de perdre du poids, car il est maintenant possible et abordable de le mesurer.  En effet, il est possible d’avoir une mesure du pourcentage de masse grasse en moins de 5 minutes dans certaines salles d’entraînement, dans le bureau de certains médecins ou même d'acheter son propore appareil pour une modique somme de 30-40$.

Avant de parler de fiabilité, il faut s’interroger sur ce qu’est vraiment la bioimpédance?  C’est un terme utilisé pour décrire l’opposition d’un conducteur au passage d’un courant électrique qui peut se mesurer pour n’importe quel matériau et, dans ce cas, dans le corps humain. La bioimpédance dépend énormément du niveau d’hydratation puisque l’eau est un excellent conducteur d’électricité.  Le fonctionnement de base de l'appareil est très simple. Un aible signal (normalement 50 KHz) est envoyé d’une extrémité à l’autre selon l’appareil (ex. : main à main) et le signal est reçu par l’autre extrémité. La résistance au signal est mesurée par l’appareil ce qui permet l’estimation de la masse maigre ainsi que de la masse grasse avec l’ajout d’information comme le poids, la taille, l’âge, le sexe, etc. Il est donc possible par la bioimpédance d’estimer la masse maigre et de déduire par la suite la masse grasse par le simple fait que la conduction est plus rapide dans la masse maigre que dans la masse grasse. En d’autres mots, plus de résistance = plus de masse grasse. Malgré l'illusion magique de cet appareil, il est important de noter que la bioimpédance tient pour acquis plusieurs constantes qui peuvent être critiquées.  La bioimpédance présume que la masse maigre contient 73% d’eau, que le volume de la masse maigre et de la masse grasse est constant chez tous, et que les segments (bras et jambes) respectent des proportions constantes d’un individu à l’autre.  

Maintenant que l’on connaît le fonctionnement de base de cet appareil, est-ce que ses résultats sont fiables?  La réponse est : «oui et non»!  Les études montrent que si les précautions (voir la liste qui suit ce paragraphe) pour contrôler le niveau d’hydratation sont respectées, les résultats varient de +/- 4% lorsque comparés à une mesure de référence (Heyward 2001)
·                     ·     ne pas manger ou boire 4 heures précédant le test
·         aucun exercice intense 12 heures précédant le test
·         uriner 30 minutes précédant le test
·         aucun alcool 48 heures précédant le test
·         ne pas utiliser des diurétiques durant les 7 jours précédant le test
·         prendre la mesure après 10 minutes debout
·         mesurer à la même période de la journée

Il existe 3 différentes catégories d’appareils : 1- pieds à pied; 2- pieds à main; 3-main à main et chacun de ces différents appareils comportent son lot de limitations même si les précautions sont prises.  Par exemple, si une personne présente une obésité abdominale et que cette dernière utilise une bioimpédance de type pieds à pied, son niveau d’obésité sera sous-estimé.  Il est donc préférable d’utiliser le «pied à main » pour limiter un biais relié à l'équipement (Dittmar 2008).

Malgré tout, certaines études ont montré que la bioimpédance est efficace lorsque toutes précautions sont respectées.  La bioimpédance pourrait différencier le pourcentage de masse grasse entre les gens obèses et ceux de poids sain ou différencier entre les athlètes et les gens sédentaires (Volgyi et al.2008).  De plus, cet appareil pourrait percevoir des changements de masse grasse comparables à ceux observés avec une mesure étalon (Jebbs et al. 2007).

Maintenant que la fiabilité de cet appareil à été discutée, il faut maintenant s’attarder à savoir, si cet appareil ajoute réellement de l’information non accessible avec les mesures anthropométriques?  Encore une fois la réponse est : «oui et non»!  Oui dans le sens que l’indice de masse corporelle, le poids, le tour de taille ou le tour des hanches ne mesurent pas le pourcentage de masse grasse.  Non dans le sens que le tour de taille et le tour des hanches peuvent changer dans l’absence de perte de poids, tous ces indicateurs sont tout de même associés au niveau de masse grasse.   En effet, malgré la croyance populaire, l’IMC est un bon  indicateur du niveau de masse grasse pour une grande partie de la population (Gallagher et al.,2000).

Pour conclure, il est évident que ce type d’appareil est devenu populaire principalement par les échecs répétitifs liés à une perte de poids et peut servir d’outil de motivation.  Cependant, pour le commun des mortels un tel appareil peut malheureusement avoir des sources de biais importantes qui peuvent expliquer tous les changements perçus.  On entend souvent « je n’ai pas perdu de poids, mais mon % de masse grasse à diminué».  C’est peut-être vrai, mais il faut s’assurer que toutes les précautions ont été prises aux 2 occasions comparées.

jeudi 7 juillet 2011

DORMEZ-VOUS SUFFISAMMENT POUR ÉVITER D’ÊTRE OBÈSE ?


 Lorsqu’on parle du surpoids et d’obésité, on a tendance à pointer du doigt une mauvaise alimentation et le manque d’exercice. Néanmoins, lorsqu’on regarde l’augmentation de la prévalence de l’obésité au cours des dernières décennies, l’alimentation et l’exercice ne peuvent expliquer à elles seules cette augmentation. Ainsi, il existe d’autres facteurs, dont le nombre d’heures de sommeil (REF), la pollution (REF), la consommation de calcium (REF), etc. qui ont un rôle significatif, mais négligé dans le maintien d’un poids santé.  Selon  la National Sleep Foundation (2002), le nombre d’heures a diminué  (1-2 heures/jour) au cours des 40 dernières années et cette diminution coïncide étroitement avec l’augmentation de la prévalence à l’obésité.  Est-ce une coïncidence ?

Les recommandations sont claires : un enfant devrait dormir 12 à 15 heures, un adolescent 10-11 heures et un adulte 7 à 9 heures par nuit.  Cependant, le mode de vie Nord-Américain est basé sur le capitalisme, la consommation et on valorise normalement les gens qui dorment peu dû à un grand nombre d’heures consacré au travail. Une étude a d’ailleurs montré que 47% des gens qui dorment 7-8 heures par nuit rapportent qu’ils dorment trop alors que ce nombre d’heures correspond exactement à la norme REF : (Institut d'études marketing et d'opinion internationale/ mars 2006).  L’association entre le sommeil et l’obésité n’est pas négligeable, car cet élément serait, dans certains cas, plus important que le manque d’exercice ou une diète riche en gras REF.


La durée du sommeil est associée à l’obésité, mais serait aussi associée à des problèmes de santé tels que la résistance à l’insuline, le diabète de type 2 et le syndrome métabolique. Cette relation est en forme de U (voir la figure). Chez les adultes, trop de sommeil (> 9 heures) ou un manque de sommeil (< 6 heures) augmentent le risque d’obésité et de problèmes métaboliques REF. Pour l’instant, cette association est très claire, mais les causes ne sont pas encore élucidées. De façon simpliste, la durée de la nuit de sommeil influence l’équilibre énergétique. D’un côté, le manque de sommeil augmente le désir de manger en agissant sur les hormones de satiété (ghréline, leptine) et augmente le nombre d’occasions de se nourrir. De l’autre côté, le manque de sommeil augmente le niveau de fatigue et diminue la quantité d’énergie dépensée par mouvement involontaire (fidgeting) REF ce qui par conséquent influence à la baisse la pratique d’exercice dans une journée typique.

En conclusion, le temps passé au lit doit être perçu comme un avantage pour la santé et non comme une perte de temps. L’association entre le nombre d’heures passées au lit et les risques de surplus de poids et de complications métaboliques nous indiquent qu’il faut penser plus loin que la diète et le niveau d’exercice pour expliquer l’explosion de la prévalence à l’obésité et que certaines variables telles que le nombre d’heures de sommeil devraient être utilisées en milieu clinique pour comprendre la prise de poids ainsi que la difficulté à perdre du poids.



vendredi 24 juin 2011

Patient qui perd du poids = bonus pour le médecin !

Saviez-vous que 90% des médecins généralistes pensent que c’est leur responsabilité de faire perdre du poids à leurs patients alors que 72% d’entre eux affirment n’avoir jamais eu de formation pour intervenir auprès d’une population obèse? Encore plus alarmant, c’est que seulement 39% des gens avec un IMC supérieur à 30 kg/m2 ont été considéré obèse par leur médecin de famille REF!


Au premier coup d’œil, ces faits sont relativement surprenants.  Néanmoins, lorsqu'on regarde avec un peu de recul, la situation devient beaucoup moins surprenante. Autrefois, ce problème était plutôt rare alors que maintenant c’est 1 patient sur 4 qui est considéré obèse. En 2009, le collège des médecins a réagi en développant une certification spécialisée chez les médecins pour contrer l’obésité LIEN.


Malgré les manques dans la formation des médecins généralistes pour contrôler le poids de leurs patients, il n’en demeure pas moins que plusieurs personnes vont s’engager dans un changement des habitudes de vie après une recommandation du médecin.  Les Britanniques ont mis sur pied un système de récompenses afin de contrer l’obésité qui consiste à offrir un bonus annuel aux médecins qui ont des patients qui perdent du poids durant l'année! 


Cette méthode peut être réellement intéressante pour certains médecins. Dans un premier temps, tout être humain, indépendamment de sa profession, est attiré par un bonus financier. Ceci peut donc,  devenir un incitatif pour un médecin d'assurer un suivi plus étroit du poids corporel des patients. À notre avis, ce qui est vraiment intéressant dans ce système de récompenses, c’est que pour s’assurer d’une telle réussite, les médecins devront créer des partenariats avec d’autres professionnels comme un spécialiste de l’activité physique (kinésiologue) ou une nutritionniste. Cette collaboration est extrêmement importante, car des résultats préliminaires démontrent que seulement 2,9% des médecins se sentent compétents pour promouvoir la pratique d’activité physique. Bonne nouvelle pour les kinésiologues québécois puisque 65 % des omnipraticiens pensent qu’on devrait dans un premier temps accroître les partenariats avec les kinésiologues. Contrairement aux nutritionnistes qui ont une place de plus en plus respectée dans le système de santé, les kinésiologues sont très peu exploités.  Quand on veut une coupe de cheveux on va chez la coiffeuse, lorsqu’on à un problème avec le robinet on appel un plombier, alors pourquoi appeler son médecin lorsqu’on veut se mettre en forme et contrôler son poids corporel ? 


À l’opposé, certains individus (incluant certains médecins) croient que les personnes obèses sont simplement des gens paresseux, sans volonté et sans intérêt. Ainsi, l’efficacité et le succès d’une telle stratégie peuvent être remis en doute si la perception de ces médecins n’est pas changée. Dans le même sens, une telle stratégie pourrait pousser les médecins à traiter les gens avec un surplus de poids et délaisser les gens minces qui sont à risque de problèmes d'ostéoporose, de dénutrition, de sarcopénie, etc.  Finalement, les médecins pourraient aussi mettre trop d’accent sur le poids indiqué sur la balance au dépend du traitement des comorbidités et des autres problèmes associées à l'obésité. Par exemple, plusieurs médicaments pour traiter la dépression provoquent une prise de poids.  Est-ce qu’un médecin pourrait ne pas traiter la dépression pour s'assurer d'un bonus ? 


En guise de conclusion, la solution proposée par les Britanniques peut être intéressante, car, avec le quart de la population qui est maintenant obèse il faut tenter des stratégies innovatrices au risque de se tromper!  Une telle stratégie peut s’avérer intéressante si les médecins sont de plus en plus formés pour traiter l’obésité ou si ça augmente la collaboration avec d’autres professionnels.  Cependant, il faudra s’assurer qu’il n’en découle pas des effets pervers de la compétition. Néanmoins, il est un peu plus difficile de comprendre pourquoi on devrait payer les médecins dont les patients perdent du poids considérant qu’il y aura énormément d’acteurs connexes qui seront tout aussi responsables de cette perte de poids. C’est un peu comme donner un pourboire à une serveuse, mais non au cuisinier !


jeudi 9 juin 2011

Êtes-vous capable de dire non?


            Les aliments ‘multisensoriels’, vous connaissez?  Ils sont tout à la fois sucrés, gras, salés, à température idéale, avec une texture idéale…Vous êtes chez des amis et ils veulent bien vous accueillir.  Comme tous bons hôtes ou hôtesses, les bols d’arachides, de croustilles et de smarties sont sur la table. Il est 13 h vous sortez tout juste de table, pourrez vous résister ?
Un livre écrit par docteur David A. Kessler intitulé : The end of overeating traite du sujet en long et en large. Ce livre décrit pourquoi certains d’entre nous pensent constamment à la nourriture et pourquoi certains sont capables de résister ou non à la tentation des aliments riches en gras et en sucre. Par exemple, certains d’entre nous ne pourront se concentrer au cours d’une réunion s’il y a des biscuits dans le centre de la table ou même s’il y a des fruits coupés. Selon l’auteur, certaines personnes retirent tellement de plaisir et de confort dans la nourriture que durant le déjeuner elles pensent au dîner, au souper ou même à la sortie au restaurant du week-end. Cliniquement on les appelle les « conditionned hypereater »Êtes-vous l’un de ceux-là?  Est-ce une condition commune ? Est-ce ce que cette condition peut expliquer l’augmentation de la prévalence d’obésité ?
Selon Kelsser, et selon des études scientifiques publiées, les gens qui ont l’habitude de constamment penser à la nourriture sont plus à risque de présenter un surplus de poids. Cependant, puisque cette condition est peu connue, la définition de celle-ci l’est tout autant. Malgré tout, il semblerait qu’autant de gens minces, en surpoids ou obèses seraient des conditionned hypereaters. Cependant, il semble que les gens minces seraient en mesure de contrer cette pensée obsessive en étant très organisés et restrictifs sur les aliments aisément disponibles. Par exemple, le fait d’apporter son lunch pour dîner ou ne pas apporter de sous au bureau permettrait aux gens de se libérer des pensées associées à ce qu’ils vont manger pour le dîner.
Comme toutes conditions, une partie de la cause serait génétique (17-45%), mais une association positive entre le fait d’être conditionned hypereater est aussi rapportée entre un mari et une femme (+ un mari est un conditionned hypereater, + la femme risque d’être un conditionned hypereater ou vice-versa) ce qui démontre aussi l’implication de l’environnement. Le livre de Kessler montre que les industries tentent de mieux identifier ces gens. Ils investissent des milliards de dollars pour trouver la bonne combinaison de sucres, sel et gras afin que les adultes et les enfants deviennent dépendants de leurs produits.  Malheureusement, selon Jonhson et al., 2004, les enfants sont de moins en moins capables de résister aux stimulus, malgré l’absence de la faim.  Par exemple, l’une de ses études a montré qu’en 1980 les enfants de 0 à 5 ans pouvaient compenser à  90 %  du surplus dans les prochains repas de la journée, mais ce chiffre a abruptement chuté en 1990 à 45 %.  En d’autres mots si un enfant mange 300 kcal de plus que normalement au déjeuner, il compensait en mangeant 270 kcal de moins dans le reste de la journée en 1980, mais seulement 135 kcal de moins en 1990, et on peut seulement s’imaginer les taux d’aujourd’hui ! Le plus inquiétant est certainement que les stimulus vont seulement augmenter après l’âge de 5 ans, en ayant de plus en plus le choix et le pouvoir d’achat.
Bref, l’environnement obésogénique dans lequel nous vivons n’est pas prêt de changer, car, plus les gens mangent plus et ils en veulent. Qu’est-ce qui est encore plus effrayant, plus ils sont accros à un produit, plus ce produit sera disponible.  Cependant, il est à noter qu’indépendamment de la disponibilité d’un produit, il y a des gens hyper sensibles à la nourriture (odeur, récompense, souvenir…). Pour ces individus la solution est de restreindre au maximum la disponibilité, mais surtout de compenser par une dépense énergétique liée à l’exercice pour éviter le déséquilibre énergétique probable et un gain de poids.