samedi 12 janvier 2013

Traiter l'obésité ou les maladies

En 2006, les médecins de famille ont été appelés à appliquer de nouvelles recommandations pour aider les Canadiens et les Canadiennes à contrôler leur poids corporel. Pour remplir ce mandat, on a demandé au médecin de famille de mesurer le tour de taille et le poids corporel de leurs patients en plus d’effectuer des recommandations de perte ou de contrôle de poids corporel. En 2009, une étude a mesuré la mise en application de ces recommandations chez des patients ayant visité un médecin de famille dans les 12 derniers mois (REF).

Des 1711 participants qui ont répondu à l’enquête, 53% étaient en surpoids ou obèse alors que 40% de ces individus ont indiqué à leur médecin de famille que leur poids corporel était ‘correct’. Ce chiffre est extrêmement préoccupant et suggère l’ajout d’une tâche à la liste des médecins : l’éducation sur les normes de poids corporel et les risques de santé associés à un surplus de poids. En effet, seulement 21% des gens en surpoids ou obèses qui ont affirmé avoir un poids santé ont demandé de l’information sur la perte de poids ou le contrôle du poids corporel. De manière intéressante, 58% ont rapporté avoir essayé de perdre du poids dans la dernière année. Ce résultat suggère que les individus en surpoids ou obèse qui tentent de perdre du poids n’utilisent pas leur médecin de famille comme une ressource. 

La raison est peut-être parce que certains médecins ne traitent pas les problèmes de poids où n’appliquent pas les recommandations de 2006. En effet, seulement 18% des patients obèses rapportent que leurs médecins ont mesuré leur tour de taille dans les derniers 12 mois comparativement à 87% qui ont eu une mesure de la tension artérielle et 50% ont eu une mesure du glucose sanguin. Ces résultats suggèrent que les médecins de famille préfèrent traiter les conditions associées à l’obésité plutôt que de traiter l’obésité même. L’impact des conditions associées à l’obésité sont significatives et doivent être traité, cependant il est important de grader en tête qu’une cure pour l’obésité permettrait d’éliminer ~75% des conditions chroniques. 

En conclusion, les nouvelles recommandations concernant le contrôle du poids corporel des Canadiens et des Canadiennes ne semblent pas être mises en place de manière universelle. Plusieurs raisons permettre d’expliquer cela : manque de temps, manque de formation adéquate, manque de ressources, manque de motivation face à la clientèle, etc. Néanmoins, ce problème doit être pris au sérieux afin d’augmenter la santé générale de nos Canadiens et Canadiennes, pour ce faire on doit intégrer les spécialistes de l’activité physique dans le milieu de la santé.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire