vendredi 13 mai 2011

Vaincre les calories par les calories!


La théorie la plus acceptée par les scientifiques pour expliquer pourquoi 60 % de la population présente un surplus de poids est la théorie de l’équilibre énergétique.  En effet, une dépense énergétique faible (pas suffisamment d’exercice) et un apport énergétique trop important (la diète) conduisent à un déséquilibre énergétique. Le changement des habitudes de vie est difficile à accomplir avec succès. Conséquemment, pour remédier à la situation, les gens tentent différentes stratégies qui nécessitent peu d’efforts en espérant des résultats rapides. C’est principalement pour cette raison qu’on observe un grand nombre de publicités qui font la promotion d’appareils d’exercice permettant d’obtenir un 6 « pack » en 2 semaines ou une perte de poids de 13 lb en 1 semaine. Cependant, d’autres stratégies moins drastiques existent. Par exemple, la consommation de produits diètes (allégé) permet de continuer à manger des aliments hypercaloriques, mais bon pour la « santé mentale » en visant une réduction de l’apport énergétique totale et ainsi maintenir ou perde du poids.  L’exemple le plus marquant est certainement la boisson gazeuse diète qui permet de retirer le plaisir de cette boisson sans ses calories. Afin, d’offrir cet avantage aux consommateurs, beaucoup d’édulcorants ont été ajoutés dans plusieurs produits tels que les yogourts, les biscuits, les jus, les gelées et la gum. Fait à noter,  la plupart des aliments qui contiennent des édulcorants se retrouvent dans la catégorie ‘autre’ du guide alimentaire canadien. Est-ce que cette consommation d’édulcorants permet de réduire ou maintenir le poids corporel ?

Au niveau du contrôle pondéral, les études sur le sujet se contredisent. En effet, certaines études montrent que l’utilisation de ces produits aide à contrôler le poids alors que d’autres ne rapportent aucun effet significatif. Cependant, toutes les études sur le sujet démontrent que l’utilisation de produits liquides aurait un avantage comparativement aux produits solides.  Par exemple, une canette de jus contenant 130 kcal peut facilement passer à 1 ou même 0 kcal lorsqu’elle est à base d’édulcorants alors qu’un produit solide peut seulement diminuer l’apport énergétique de 20-30%.
Premièrement, malgré une consommation de produits renfermant des édulcorants, il  est important que l’apport énergétique total ne dépasse pas les recommandations pour un individu (~2000 kcal pour une femme et 2500kcal pour un homme). Cependant, certaines études laissent croire que les édulcorants, au contraire, favorisent la prise alimentaire excessive. En effet, un article revu de 2007 a rapporté que ces produits ne remplissent pas le rôle principal des aliments soit de rassasier (LIEN). Ainsi, la sensation de faim intense associée à l’utilisation d’édulcorants provoquerait une surconsommation due à un faible apport énergétique. Dans le même ordre d’idées, une autre étude effectuée sur le modèle animal a démontré que les édulcorants artificiels peuvent perturber la capacité du corps à associer le sucre avec un apport énergétique élevé (signaux de satiété). Cela aurait pour impact de complexifier la régulation de l’apport énergétique contribuant ainsi à une prise alimentaire supplémentaire au cours de la journée (LIEN). De façon similaire, dans l'une de nos études nous avons aussi montré que les gens qui utilisaient des édulcorants dans leurs thés ou cafés avaient un poids supérieur à ceux qui introduisaient du sucre ou rien du tout. Cependant, cette étude était de nature transversale, ce qui suggère que l’utilisation de ces produits pourrait être un comportement adopté une fois qu’on est en présence d’un surplus de poids (LIEN).  Dès lors, le lien causal entre la prise d’édulcorants dans le café et le thé reste à être démontré.
De l’autre côté, des études suggèrent que les édulcorants permettent de contrôler le poids corporel des individus par une perte de poids relativement modeste. En effet, certaines études démontrent une diminution du poids corporel à long terme avec l’utilisation de l’aspartame pour remplacer le sucre lorsque cette utilisation est associée à une modification des habitudes de vie (LIEN).  La perte de poids associée à l’utilisation d’édulcorants passe par la réduction de l’apport énergétique totale. REF : Szalavitz, M. (September 2006). The Sweetener Standoff. Psychology Today, 39(5), 60.
En dépit de son efficacité mitigée dans le contrôle du poids corporel, la sécurité de ces produits a été remise en cause à mainte reprise, notamment pour son association avec le cancer. D’un point de vue sécuritaire, les études démontrent que la consommation raisonnable de ces produits (basée sur le poids corporel) n’est pas un effet direct avec le cancer ou d’autres problèmes de santé (LIEN).  Par exemple, on dit que le seuil maximal d’aspartame est de 40 mg/kg alors que celui du sucralose (Splenda) serait de 15mg/kg. Concrètement, pour atteindre les seuils associés à différents problèmes de santé un individu, ayant un poids de 60 kg, pourrait consommer l’équivalent de 24 canettes de boisson gazeuse diète par jour.
En conclusion, les édulcorants sont des produits intéressants pour contrôler le poids corporel si l’apport énergétique total est réduit. Néanmoins, pourquoi ne pas se tourner vers des aliments plus sains ou nous n’avons pas le choix entre le sucre ou le succédané! En effet, si on s’en tient aux 4 groupes alimentaires canadiens et à notre apport énergétique quotidien recommandé il est difficile d’y incorporer ses aliments contenants des édulcorants et les risques qui planent sur l’utilisation de tels produits seraient écartés.

3 commentaires:

  1. Toujours les mots pour dire les vrai choses,

    BRAVO !

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour,
    Je remplacerais une partie de votre dernière phrase, soit "...et à notre apport énergétique recommandé..." par "... et que l'on écoute généralement nos signaux de faim et de satiété...".

    En effet, il est très difficile de connaître son réel besoin énergétique et même si on le connaissait, ce n'est pas une vie de compter ses calories!

    Geneviève Beauregard, Dt.P., M.Sc.

    RépondreSupprimer
  3. En effet, à long-terme, le comptage des calories n’est pas envisageable. Néanmoins, c’est certainement une bonne manière d’apprendre à ESTIMER le nombre de calories que l’on mange quotidiennement. Cependant, puisque le changement des habitudes de vie est un processus difficile, commencer ce processus par quelque chose de plus simple tel que l’écoute des signaux de satiété est certainement bénéfique pour les individus en surpoids. Je dirais même tout le monde !

    Bref, si les gens étaient capables d’écouter leurs signaux de satiété, de mieux estimer leur apport énergétique et d’utiliser ces connaissances, on aurait un pas de plus dans la bonne direction

    Martin

    RépondreSupprimer